Forensic Fashion
(c) 2006-present R. Macaraeg

Email:
ruel@
ForensicFashion.com

>Costume Studies
>>1221 Kamakura samurai
Subject: samurai warrior
Culture: Japanese
Setting: Kamakura shogunate, 1185-1333
Evolution: 500 Kofun warrior > ... > 1221 Kamakura samurai






Context

* Withers 2010 p79
"Samurai warrior culture developed from a series of territorial wars during the Kamakura period amongst the Minamoto, Fujjiwara and Taira clans.  These feudal groups were constantly at war with each other, and the Samurai (literally meaning 'to serve') were drawn from these battle-hardened warriors.
"This period of Japanese history is viewed as the highpoint of of the Samurai warrior, with many stories chronicling their honour, bravery and stoicism in battle.  Ironically, this period also allowed the Samurai, as privileged members of society, to kill any unfortunate peasants who offended them.  It is also no surprise that some of the best Japanese swords were manufactured during this period."


Armor

*





Saber

*



Archery

* Armure et guerrier 2011 p93 (Thom Richardson, "Les armes et armures de l'époque Kofun à l'introduction des arms à feu," p91-97)
De la fin de l'époque Heian à l'époque Kamakura (1185-1392), les armeés japonaises eurent recours à des archers à cheval appuyés par des corps d'infanterie auxiliaires mobiles.  Les samouraïs qui comattaient à cheval étaient essentiellement armés d'un grand arc (daikyū ou yumi).  Ce type d'arc n'existait qu'au Japon: composite et de grande taille, il avait une poignée située au tiers de la longueur du corps à partir de la base, les branches de longueur inégale exerçant une même traction sur la flèche en raison du soin apporté à la fabrication de l'arme.  Il était constitué de trois bands de bois de mûrier doublées, devant et derrière, d'épaisseurs de bambou.  Tout le corps de l'arc était laqué noir ou rouge, les ligatures en rotin étant laquées dans une couleur formant contraste.  Au Xe siècle, la longueur du corps, de 2,20 m, était fixe.  L'archer tirait la corde avec le pouce, comme en Asie centrale, mais il portait un gant en cuir spécial (yugake) renforcé au pouce.  Le gant, qui était porté à la main droite, ne couvrait que le pouce et les deux premiers doigts.  Les flèches en bambou (ya) étaient transportées dans un carquois porté à la hanche droite.  Les premiers carquois (ebira) se présentaient sous la forme de un simple cadre.  Les flèches y étaient mises pointe en bas, leur fût étant attaché au cadre par un cordon."